Les fabuleux panoramas de l’Altiplano bolivien

Les fabuleux panoramas de l’Altiplano bolivien

Aventuriers, trekkeurs, randonneurs ou simple contemplateurs,… les hauts plateaux boliviens se méritent et sont à réserver aux voyageurs en quête de sensations. En ces lieux superbes et austères où la nature est reine, le climat donne le la et les rudes conditions de vie enseignent le retour à la simplicité.
Par Brigitte Terral

Grand comme une fois et demi la France pour six fois moins d’habitants, la Bolivie déploie des paysages somptueux, redéfinissant les notions d’espace et d’infini. Bien qu’elle partage l’Altiplano -des plaines d’altitude hissées à plus de 3000 m- avec ses pays limitrophes (Pérou, Chili, Argentine), elle en détient la plus grande part. Cerné par deux grandes chaînes de montagnes andines -la Cordillère occidentale et la Cordillère orientale-, l’Altiplano bolivien est parsemé de volcans et de sommets vertigineux (plusieurs 6000). 

Nous vous emmenons en images en Cordillère Occidentale, à la découverte du parc national Sajama, du Salar d’Uyuni et de la région du Sud-Lipez. Des lieux sauvages et désertiques balayés par les vents, brûlés par le soleil, gelés par le froid, seulement peuplés de quelques milliers d’habitants de culture aymara regroupés en villages ou vivant dans des fermes isolées, et de troupeaux de lamas, vigognes et alpagas. Un décor grandeur nature pour fanas d’aventure ! Les longues distances, les routes virtuelles, la raréfaction de l’oxygène qui rend les mouvements plus difficiles font partie du voyage, au même titre que les visites, le trekking, l’andinisme et les bains en piscines naturelles d’eau chaude (waouh!). 

Crapahuter dans le parc Sajama
Compter une journée de trajet pour y accéder au départ de La Paz, en traversant des paysages arides -prairies, canyons, formations géologiques tourmentées – ponctués de villages épars et de quelques cours d’eau où viennent s’abreuver les lamas et les alpagas. À partir d’ici, il n’y a plus de route, mais des pistes en bon état.

Rouler sur le salar d’Uyuni
Le salar est un must de la Bolivie. D’une blancheur aveuglante, cette « banquise » de sel, issue de l’assèchement il y a 14 000 ans d’une vaste mer intérieure, est le plus grand désert de sel au monde (11 000 km2) et contient le plus riche gisement de lithium de la planète, objet de toutes les convoitises.

Arpenter Le Sud-Lipez
À plus de 4000 m, c’est le royaume du minéral, des couleurs incroyables, du silence et de la solitude. Des lagunes, des geysers, des sources d’eau chaude et des flamants roses. Les volcans aux cônes pointus succèdent aux montagnes aux lignes arrondies. De temps à autre, un animal sauvage solitaire ou un petit groupe surgit de nulle part, traversant les pistes brinquebalantes, ultimes traces de vie dans l’immensité des paysages.

 

À lire également