Les aliments de la bonne humeur

Les aliments de la bonne humeur

Oui, certains aliments aident à garder – ou retrouver – le sourire ! On les met donc dans son assiette le plus souvent possible, pour afficher bon moral et belle humeur.

Légumes à feuilles

Cap sur la joie de vivre

Si les épinards ne contiennent en réalité quasiment pas de fer (tant pis pour Popeye), ils sont par contre très riches en vitamine B9 ou acide folique. Cette vitamine, présente dans d’autres légumes à feuilles comme la mâche ou la blette, contribue à la fabrication de la sérotonine et de la dopamine, donc à l’équilibre de l’humeur mais aussi des émotions et du sommeil. En manquer, c’est, selon certaines études, augmenter son risque de déprime voire de dépression jusqu’à 55%. Selon des travaux, bon nombre de sautes d’humeur et moments d’irritabilité pourraient être dus à une consommation insuffisante. Une bonne raison pour cuisiner les légumes à feuilles plus souvent !

Produits laitiers

La gaieté au menu

Les laitages apportent une dose élevée de tryptophane, précurseur de la sérotonine, neurotransmetteur impliqué dans l’humeur et qui doit impérativement être apporté par l’alimentation car le corps ne le fabrique pas. Il soulage l’anxiété et la dépression (un manque peut favoriser l’agressivité), et soutient également le sommeil (qui doit être réparateur pour mieux lutter contre le stress et l’irritabilité). En outre, certaines souches de probiotiques, ces fameuses bonnes bactéries présentes dans les laits fermentés, ont été testées, avec succès, pour traiter la dépression. On peut donc mettre les yaourts au menu au moins une fois par jour.

Banane

L’aliment de la bonne humeur

C’est ainsi qu’est surnommée la banane en Australie, grâce à ses vertus antifatigue et anti-déprime, notamment contre le syndrome prémenstruel. Elle renferme des précurseurs de la dopamine et de la sérotonine, impliqués dans l’adaptation de l’organisme au stress et le bon équilibre nerveux. Un stress chronique réduit les réserves et provoque fatigue, déficits de concentration et d’attention, lassitude… Bonus, ses fibres douces apaisent les ventres malmenés et douloureux sous l’effet du mal-être et de l’anxiété, et elle évite les coups de pompe. La ration idéale ? Une banane par jour, à choisir pas trop mûre.

Safran

L’anti-déprime

Traditionnellement utilisé en médecine persane pour lutter contre la déprime, et en médecine chinoise pour ses vertus sédatives, le safran apaise, améliore l’humeur et la sérénité. Il est difficile d’en consommer à outrance (sa saveur est typée et ne convient pas à tous les plats ni les palais) mais on peut en ajouter aux riz, pâtes, soupes, et on le trouve en (délicieuses) infusions. A boire le soir pour bien dormir, mais aussi en cas de pic de stress (dose idéale 30 à 60 mg/jour).

« Petites graines »

Pour équilibrer humeur et émotions

Sésame, courge, lin, chia, citrouille : les graines « à parsemer » sont à la mode, mais aussi excellentes pour la santé car en plus de faire twister et craquer nos salades ou plats de légumes, elles sont riches en Oméga 3 (ces bons acides gras qui stabilisent les émotions) ainsi qu’en tyrosine (impliquée dans l’équilibre nerveux). En période critique, on a tout intérêt à en consommer (environ 1 cuillère à soupe par jour). Vous ne les appréciez pas ? Remplacez-les par leurs huiles en version bio, sans les cuire (1 CS /jour).

Chocolat

Un pur plaisir qui rend heureux

Riche en magnésium anti-stress (surtout le noir), le chocolat renferme des substances aux vertus psychoactives, particulièrement appréciables en période difficile : la caféine et la théobromine vont booster les concentrations défaillantes, le tryptophane améliore et stabilise l’humeur, la phényléthylamine est qualifiée d’antidépresseur végétal. On peut s’autoriser 4 carrés par jour sans culpabiliser, et s’offrir pour se réconforter un chocolat chaud (un vrai, à base de cacao, pas de poudre pour enfant hyper-sucrée).

Parmesan

Le fromage du bonheur

Est-ce lui le secret de la bonne humeur légendaire des italiens ? C’est en tous cas le champion de la concentration en calcium qui, en plus d’entretenir le capital osseux, exerce aussi la fonction d’antidépresseur : il stimule en effet la sécrétion de la sérotonine et de l’acétylcholine. Le parmesan apporte en outre des acides aminés essentiels pour un moral au beau fixe : tyrosine (considérée comme une des substances-clefs de la bonne humeur), acide glutamique (utilisé par le corps pour fabriquer du GABA impliqué dans le calme et la sérénité) et tryptophane, précurseur de la sérotonine qui améliore l’état de bien-être psychologique. Autant d’arguments pour remplacer le gruyère des pâtes par ce fromage puissant !

Par Isabelle Delaleu

À lire également