Dans la maison : je jardine sans jardin

Dans la maison : je jardine sans jardin

Renversant ! : Deux fois primée, la jardinière « Sky Planter » de la marque néo-zélandaise Boskke est adaptée à un mode de vie citadin et aux espaces restreints. Ce pot de fleurs inversé à suspendre au plafond fait pousser les plantes la tête en bas. Gain de place, assorti d’un système d’irrigation innovant (thedesigngiftshop.com).

90% des français seraient adeptes du jardinage. Une activité apaisante et gratifiante, qui selon les études, apporte du bonheur, remonte le moral, améliore l’estime de soi, préserve la santé, voire augmente l’espérance de vie. Les plantes, par leur pousse lente et régulière, sont une invitation à la méditation. Or, même si on en a envie, on n’a pas forcément la possibilité de se créer un jardin : espace réduit, manque de temps ou d’énergie à long terme, les raisons ne manquent pas. La solution ? Sans voir trop grand, profiter de la terrasse, du balcon ou simplement des pièces de la maison pour, vite fait, bien fait, végétaliser son home, sweet home.

Les plantes aromatiques en pots

Pots à herbes The Contemporary Home (tch.net)

Non contentes d’être jolies à regarder, elles sont aussi bonnes à manger. Et nul besoin d’avoir la main verte, c’est vraiment à la portée de tous. On choisit de beaux pots, en même temps qu’on achète quelques sachets de graines bio en jardinerie, avec les substrats adaptés (mélanges de terres, tourbe, écorces). Après le semis, on place les pots dans une zone ensoleillée : rebord de fenêtre à la cuisine, sur le balcon ou la terrasse. Ensuite, il faut surveiller la pousse, et arroser régulièrement sans excès.
Encore plus facile, on trouve sur les marchés forains des pots déjà tout prêts, qu’il suffit de rempoter ou de disposer dans une jolie jardinière en bois (si vous vous sentez l’âme bricoleuse, réalisez vous-même la jardinière avec des planches ou des palettes de récupération, au format de l’espace dont vous disposez).
Ça marche pour : le basilic, le thym, la coriandre, la menthe, le persil…

Les plantes suspendues

Les « terres en l’air » de Alain Gernigon (FB/Alain.G)
Suspension en céramique fait-main et composition de plantes Kaz Design (Fb/Kaz’Design)

Puisqu’il paraît que vivre entouré de plantes réduit le stress, on adopte sans tarder les plantes à suspendre, que l’on expose dans la cuisine, la salle de bain, le bureau, au salon comme sous la véranda. La suspension en macramé des années 70 a fait son temps, laissant place à moult possibilités : le cache-pot design dans lequel on glisse une plante, la plante-boule à la façon des kokedamas japonais, les assortiments de végétaux directement plantés dans une structure en céramique, la noix de coco évidée dans laquelle on insère une ou des plante(s), après avoir percé des trous de part et d’autre pour l’accrochage avec une ficelle rustique… On les suspend à des crochets fixés au plafond, à une poutre, le long d’une tringle fait-maison. Pour l’arrosage, se munir d’un vaporisateur.

La balconnière fleurie

Balconnière Greenbo Yellow Octopus (yellowoctopus.com.au)

C’est l’élément qui va distinguer votre balcon de celui du voisin. Dans sa version moderne, il se fait design et flashy. Comment procéder ? Un peu de terre, du terreau, et pour plus de rapidité des plantes fleuries en pots à rempoter. Pour varier les plaisirs, choisir des plantes annuelles aux multiples couleurs. Pensez aux pourpiers, ultra-robustes, dont les teintes vives forment un tableau végétal, ou aux variétés compactes de tournesol aux tons jaune soleil. Si vous vivez en appartement en étage, pensez à ne pas arroser les habitants du dessous…

Par Brigitte Terral

À lire également