Grèce : Escapade dans les Cyclades

Grèce : Escapade dans les Cyclades

Les dieux, un jour, se sont penchés sur ces îles grecques : produits sains et savoureux fournis par une terre et une mer généreuses, plages et criques spectaculaires, merveilles archéologiques laissées depuis l’Antiquité par une succession de peuplements divers, villages blanchis à la chaux où il fait bon s’attarder aux terrasses… Tous les ingrédients pour composer un séjour mêlant gastronomie, farniente, histoire, culture.

Reliées par un ballet incessant de ferries de toutes tailles, les îles de l’archipel des Cyclades sont posées sur la mer Égée, entre Grèce continentale et Turquie. Tantôt verdoyantes, tantôt arides. Tantôt bordées de plages, tantôt hérissées de falaises. Faisant la sieste ou faisant la fête. Vingt-quatre d’entre elles (sur plus de deux cents îles et îlots) sont habitées. 

Les peuples cycladiques – marins, pêcheurs, négociants, agriculteurs, artisans, artistes – ont depuis toujours échangé entre eux et avec leurs voisins, et l’hospitalité grecque (philoxenia) n’est pas un mythe. Malgré la crise que traverse le pays depuis plusieurs années, les Cyclades et leurs habitants ont conservé authenticité, générosité et art de vivre. 

D’un paysage méditerranéen de vignes, champs d’oliviers, figuiers, citronniers, émergent des villages aux maisons chaulées, dont les ruelles pavées forment un dédale où on se perd avec bonheur, chaque pas dévoilant une église blanche et bleue, une placette ombragée, une terrasse fleurie. Sur ces terres écrasées de soleil, le moment de la sieste est sacré. Puis, boutiques, bars et tavernes restent ouverts jusqu’à tard dans la nuit. Rythme auquel on se fait vite, tant il peut faire chaud malgré le meltemi – vent qui souffle tout l’été. Au-delà de leur histoire commune, chaque île reflète une personnalité unique, à découvrir sans se presser.

À NE PAS MANQUER
– TINOS: les villages de l’intérieur de l’île, des petits bijoux d’architecture cycladique.
– PAROS: le port de pêche de Naoussa, au nord de l’île, est à découvrir très vite avant que sa fréquentation touristique ne lui porte préjudice – ambiance branchée/décontractée. L’îlot d’Antiparosau sud, sa petite soeur plus tranquille.
– NAXOS: la vieille ville autour du Kastro Vénitien dévoile un labyrinthe de passages voûtés et de ruelles chaulées ruisselant de fleurs.
– KOUFONISSI: des plages de sable blond et des excavations taillées par la mer à découvrir à pied.
– AMORGOS: des criques cachées, des eaux propices à la plongée, un monastère taillé dans la roche au-dessus des flots.
– SANTORIN: des vues à couper le souffle, le coucher du soleil sur la caldeira, des vestiges archéologiques.

* Et pour les randonneurs : de beaux sentiers, souvent d’anciens chemins muletiers, traversent les îles.

LES « MUST DO » DES CYCLADES

Craquer pour une crique
Étroites, les routes tracées à flanc de falaises longent des panoramas somptueux, véritables balcons sur la mer Égée. En prenant garde aux chèvres insouciantes broutant dans les fossés, on part à la recherche de quelque crique sauvage de sable ou de galets, ou d’une plage de sable blond ou noir. Certaines encore peu fréquentées, d’autres encombrées de parasols et de serviettes. L’eau azur est fraîche malgré les températures estivales. Parfois, le nudisme est autorisé.

Câliner un chat
Ils sont à tout le monde et à personne. Flegmatiques, lascifs, pas sauvages pour deux sous, les chats des Cyclades se promènent dans les rues étroites ou dorment au soleil, viennent parfois quémander une caresse. Matin et soir, des gamelles apparaissent sur le pas des maisons, où les félins du quartier viennent manger selon un code connu d’eux seuls.

Choisir sa terrasse
Choix difficile tant il y a de tavernes et de restaurants, décorés avec bon goût. Les îliens aiment s’y installer pour siroter un café grec (café noir très serré avec le marc) toujours servi avec un verre d’eau, un Raki (eau-de-vie de raisin) bio ou distillé maison, ou un verre d’Ouzo l’incontournable apéritif grec à base d’alcool anisé, en picorant des mezze (hors-d’oeuvre). Assis sur une traditionnelle chaise en paille, le temps semble s’arrêter. Personne ne vous presse de partir, au contraire si vous mangez sur place, il n’est pas rare qu’on vous offre le dessert, souvent des Glyko, fruits enrobés de sirop.

Shopper du fait-main
– Le travail du cuir est réputé et si on trouve sandales et sacs à petits prix, on peut aussi s’en faire fabriquer sur-mesure.
– Des produits à l’huile d’olive : savons présentés dans des jolies boîtes, soins pour le corps.
– Des ustensiles en bois d’olivier.

À lire également